Pour un mode de vie éthique et sans souffrances
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Recherches en neurologie : les primates paient le prix fort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daniel
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 5739
Age : 59
Localisation : Roquettes
Activité : militantisme pour les animaux
Loisirs - passions : méditation, photographie
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Recherches en neurologie : les primates paient le prix fort   Sam 03 Juil 2010, 19:59

Incessamment sous peu, le Parlement européen se prononcera sur le nouveau texte visant à réviser la Directive européenne 86/609/CEE sur « la protection des animaux utilisés à des fins expérimentales ou à d’autres fins scientifiques ». A cette occasion, l’association de protection des animaux One Voice publie un rapport scientifique mettant en cause l’expérimentation sur les primates dans la recherche en neurologie. Signé par André Ménache, médecin-vétérinaire et président exécutif de l’ONG Antidote Europe, cette étude s’appuie sur deux arguments clés pour dénoncer l’aberration des expériences réalisées sur les primates. Scientifique, le premier souligne la différence tant anatomique que fonctionnelle qui distingue les « cerveaux des primates humains et ceux des non-humains ». Ainsi, outre le fait que le cortex humain fait 10 fois la superficie de celui d’un singe, il existe entre les singes et les humains de nombreuses différences dans l’anatomie et la physiologie du système nerveux central.

Le second argument fort de ce dossier est d’ordre éthique. Ainsi, pour André Ménache, si les chercheurs pro-expérimentation justifient le recours aux primates en invoquant la proximité évolutive entre le singe et l’homme, il serait, dès lors, incohérent de nier la parenté dans la souffrance ressentie face aux traumatismes infligés.

Outre les blessures fréquentes lors des captures, les primates sont condamnés à une vie de solitude et d’incarcération, totalement inadaptée à ces animaux très sociaux. Ils développent alors des troubles du comportement (balancement, torsion du cou, arpentage de la cage), ces déviances pouvant aller jusqu’à s’infliger des morsures, s’enfoncer les doigts dans les yeux ou se frapper la tête contre les parois de la cage. Une fois promus « matériels de laboratoires », les primates peuvent passer jusqu’à 8 heures par jour ceinturés dans des « chaises à primates » avant de subir une intervention chirurgicale invasive du cerveau, « soit pour en endommager une ou plusieurs parties, soit pour insérer des instruments d’enregistrement comme des électrodes ».

Or, si dans le cadre de l’évaluation toxicologique des médicaments, « la loi rend difficilement évitable l’expérimentation animale », rien de tel ne s’observe dans le domaine de la neurologie, où les chercheurs sont libres de refuser d’utiliser des animaux. Selon One Voice, l’article 7.2 de la directive 86/609/CEE stipule : « Il ne sera pas effectué d’expérience s’il existe une possibilité raisonnable et pratique d’avoir recours à une autre méthode scientifiquement acceptable et n’impliquant pas l’utilisation d’un animal pour obtenir le résultat recherché ». Or, des alternatives prometteuses existent en la matière, qui ont déjà fait leurs preuves. D’après le Dr Aysha Akhtar, médecin et chercheur en neurosciences : « Beaucoup d’établissements cliniques utilisent l’imagerie et des outils neurophysiologiques pour cartographier et comprendre le fonctionnement du système visuel et d’autres systèmes neurologiques humains ».

A l’heure actuelle, l’Union européenne utilise environ 10 000 primates chaque année, incitant à la création de fermes d’élevage en raison de l’incapacité des populations sauvages fragilisées à répondre à la demande. Au niveau mondial, 100 000 primates sont utilisés dans la recherche chaque année, majoritairement aux États-Unis, en Europe et au Japon. Outre les chimpanzés, les macaques, les babouins et les ouistitis sont les plus utilisés.

source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Changer le monde revient à se changer soi-même car le monde n'est que le reflet de nous-même...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.animalamnistie.fr/accueil.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches en neurologie : les primates paient le prix fort   Sam 03 Juil 2010, 22:20

Extrait : "Mais comment le grand public peut-il savoir s’il existe une méthode sans animaux ? La seule façon
objective de le découvrir est de faire interroger le titulaire de la licence du projet par un chercheur
qualifié dans le même domaine de recherche et qui n’utilise pas d’animaux. Cette idée semble logique
et assez simple pour la plupart des gens. Toutefois, la plupart des institutions interdiraient à un
scientifique n’utilisant pas d’animaux de parler ouvertement contre un chercheur qui en utilise. Les
quelques scientifiques qui ont eu le courage de défier le système ont été ostracisés par leurs pairs et
soumis à des « actes d’intimidation institutionnelle » sur leur lieu de travail.
Selon le scientifique universitaire Jarrod Bailey : « L’intimidation institutionnelle envers des
chercheurs qui critiquent l’expérimentation animale est très répandue et, sans aucun doute, constitue
un formidable obstacle à la transparence et à la responsabilité lorsque la valeur des expériences sur
des animaux est remise en question, inhibant le cher concept de liberté académique19 ».
"

Lire ici : http://www.one-voice.fr/sites/default/files/Rapport_PRIMATES2_ExpeNeurologiq_6e.pdf
Revenir en haut Aller en bas
 
Recherches en neurologie : les primates paient le prix fort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum VG :: ACTUALITES - INFOS - DOCUMENTATION - REVUES :: Les News - Actualités - Infos-
Sauter vers: